Les Demoiselles de Castel Dark (JC Staignier)

Les Demoiselles de Castel Dark (JC Staignier)

25 juin 2019 1 Par Zabou

Chronique de Lucille du blog La Plume

Oui, comme vous venez de le remarquer, je commence l’année avec un coup de cœur ! Même si je lis bien plus de fantastique, je dois vous avouer que la plupart de mes romans préférés sont classés en historique (Deux sœurs pour un Roi, America, Le Rivage des AdieuxLe Nom de la Rose etc). Et je peux désormais ajouter le premier tome des Destins des Coeurs Perdus à cette liste !
L’auteur nous emmène en Angleterre, à la rencontre d’une famille pas tout à fait comme les autres (surtout à cette époque). Le comte Clayton de Percival est le père de nombreux enfants, tous unis bien que différents. Si Mary et Jane sont, pourrait-on dire, les plus dociles,  Ilyana, la plus douce, rêve du prince charmant tout en portant son aide aux pauvres. Quant à Aelis, la plus jeune, elle est certainement la plus rebelle ; un esprit d’homme enfermé dans un corps de fille, comme le dit l’auteur. Anton et Thomas sont les deux seuls garçons de cette fratrie, le premier étant déjà prédestiné à diriger Castel Dark. Ensemble, ils mènent une vie plutôt paisible, jusqu’à ce que le duc de Templeton, Arthur, décide que l’une des filles de Clayton et Alix deviendra son épouse. Si Mary et Jane son impatientes de découvrir des hommes plus distingués, Ilyana panique à l’idée de quitter Castel Dark. C’est alors qu’elle fait la rencontre de Sir Emmet Kane, un chevalier aux manières assez rustres. Ce dernier devra l’escorter durant leur voyage, ce qui ne ravit pas Ilyana, loin de là. Mais sous ses airs de brute sans cœur, Emmet cache un lourd passé qu’Ilyana va vouloir découvrir, quitte à s’attirer les foudres de son protecteur…
Dès les premières lignes, l’auteur nous ramène plusieurs siècles en arrière. Sa plume fluide et adaptée au genre, sans être lourde pour autant, nous fait ressentir toutes les recherches qui ont été faites derrière pour réussir ce roman. J’y ai appris de nouveaux mots, par exemple, mais aussi certaines pratiques ou coutumes que je ne connaissais pas. Comme avec ces vieux films (que j’adore) qui nous font rêver avec leur décor somptueux, la description de l’auteur nous embarque avec elle en plein Moyen Age.
On s’identifie facilement aux personnages, et même s’ils sont nombreux, jamais il m’est arrivé d’en oublier un ou de confondre. Au contraire, je suivais (très) attentivement leurs aventures, au point de retenir mon souffle quand leurs ennemis s’en prenaient à cette famille. Ennemis aussi terrifiants que répugnants, qu’on ne peut que haïr. Malheureusement, le destin se montre parfois très cruel avec les sœurs de Castel Dark, et j’avoue que c’est la première fois que je ressens autant de chagrin pour des personnages. Je ne peux en dire davantage au risque de spoiler, mais je peux vous garantir qu’aucun personnage ne vous laissera indifférent. J’ai aimé Aelis et son caractère bien trempé ; sa langue acérée ne manque pas de nous faire rire quand elle éconduit les hommes qui lui tournent autour ! Mais surtout, elle tient un rôle important à Castel Dark pendant l’absence de ses sœurs. Ilyana quant à elle se montre plus gamine, bien que prête à défendre les faibles et s’horrifier du traitement qu’inflige le duc de Templeton à ses servantes, ou sa femme.  Sa relation avec Emmet est vraiment passionnante, loin de la romance douce et classique que je m’imaginais au départ.  
Et le final…  Non vraiment, je ne m’attendais pas à cette fin, cependant… Je ne vous en dirais pas plus (j’en ai déjà trop dit). Maintenant, j’ai (trèèès) hâte de découvrir la suite !! Bref, ce premier tome fut un coup de coeur pour moi, et je vais avoir du mal à trouver une prochaine lecture qui me passionne autant. A tous les fans de romans historiques, où complots, suspense, combats sanglants et amour se mêlent habilement, Castel Dark et ses Damoiselles vous attendent !

Chronique d’une sérial lectrice

Nouvelle lecture et retour dans l’univers de la romance historique avec le 2e tome de la saga Le destin des coeurs perdus de JC Staigner.
Aelis, à la fin du 1er tome, quitte précipitamment l’Angleterre. Le terrible drame qui a frappé sa famille l’a contraint à tout abandonner pour sa survie et celle des siens !
Sur le pont du bateau, elle s’est jurée de punir le coupable de l’attaque commise dans le château familial.
Alors qu’elle vogue vers la France et la demeure de sa sœur, elle oublie, dans les limbes du plaisir, sa souffrance, ses cauchemars avec Brett le capitaine du voilier.
Quelques heures de répit… A l’orée de sa vie d’adulte, Aelis ne compte pas pour autant faillir à sa promesse même si la tentation est là…
Sa traque du diable la conduit jusque dans sa tanière. Aelis sait comment le terrasser mais à poursuivre ainsi le passé, ne risque-t-elle pas de passer à côté de sa vie ?
C’est avec une vive impatience que j’attendais la suite des aventures des damoiselles de Castel Dark. Il faut dire que la fin du premier tome était apocalyptique !
Comme de nombreuses lectrices je suis restée bouche bée face à ce final !
Encore une fois, JC Staigner a réussi à me happer dans son monde !
Son récit qui se déroule sur le long court m’a captivée ! La romance a la part belle dans ce roman historique mais pas que… La machination d’Aelis pour laver l’affront subit par son clan, son sang lui donne un rythme fou ! Impossible de lâcher ma liseuse… j’ai dévoré cette histoire !
JC a laissé toute sa place au passé dans ce tome, en nous dévoilant en filigrane l’histoire d’Eryne la grand mère des demoiselles. En grande fan des phénomènes inexpliqués et ésotériques, les interventions d’Eryne m’ont comblée !
Comme a son habitude, l’auteur inclut petit à petit des intrigues secondaires jusqu’à les mener à éclore… enrichissant ainsi la lecture. Les histoires de Lali, Will et Clayton se dessinent et laissent présager d’une magnifique saga sur plusieurs générations. Et ça, j’A-Do-Re !